Archive pour le mot-clef ‘danseur’

CELLARIUS Henri Chrétien (1805-1876) – Danseur français XIXe

 Professeur de danse et chorégraphe sous le Second empire

Né le 11 juin 1805 à Paris.
Décédé le 19 mai 1876 à Paris à son domicile à 71 ans.
Ses parents : Henri Chrétien (potier d’étain) et Aimée Marie Anne Hugot (blanchisseuse) sont originaires de l’est de la France venant du Wurtenberg en Allemagne. Ils sont venus à Paris où est né leur fils Henri et leur fille Louise  Aimée qui seront tous deux professeurs de danses.

Parti danser au Brésil, Cellarius  est soliste au Théâtre de Rio de Janeiro. Il rencontre une jeune danseuse française Marguerite Majinot dite Héloïse, qu’il épousera le 2 octobre 1826. Le couple reviendra en France mais sa femme décèdera à Meudon en 1848.

Professeur de danses de salon à Paris

Cellarius habite au 47 rue Vivienne et  a un cours de danse au 48 où il  enseigne la valse pour les jeunes gens qui doivent savoir la pratiquer dans les salons, puis la polka à partir de 1844 lorsque cette danse arrive en France.

En 1856 Cellarius enseigne le quadrille des Lanciers, à l’ambassade d’Angleterre de Paris (quadrille d’origine britanique) sur une musique arrangée par Maxime Alkan chef d’orchestre. Dans la 5e fig. il introduit la polka puis termine par une polka générale.

L’été 1856 il ouvre un cours de danse, avec sa soeur, aux bains de Dieppe où son Q des Lanciers a beaucoup de succès.

Un concurrent  LABORDE enseigne sa propre adaptation du Q des Lanciers dans ses cours de danse et dans les bals qu’il organise  sous le Second empire.

En 1864 Cellarius se remariera avec Albertine Dupas professeur de danse.

Professeur renommé Cellarius  publiera plusieurs ouvrages et sera l’auteur de nombreuses chorégraphies parfois avec son concurrent LABORDE. Il saura moins bien gérer ses revenus confortables car Cellarius se retirera ruiné tandis que Laborde sera un rentier à l’aise.

Publications :

Professeur renommé, Cellarius publiera plusieurs ouvrages et sera l’auteur de nombreuses chorégraphies parfois avec son concurrent Laborde :

– « La danse des salons » – Paris 1846 et 1849
– « Traité pratique et théorique de danses »
Krakovie mazurka/Louise valse/Une saison à Londres 3 polkas/Wilna mazurka
. quadrille mazurka
. quadrille russe : chorégraphie d’après Cellarius, Laborde, Lenfant

Henri Alexandre CELLARIUS dit « le neveu »

La soeur de Cellarius : Louise Aimée dite Clara née le 11/02/1812/décédée le 23/3/1869 à St-Maurice), est également professeur de danse et a eu un fils naturel: Henri Alexandre Cellarius dit « le neveu » né le 10/5/1839 à Paris.

Il sera aussi professeur de danse et chorégraphe notamment du quadrille des  5 parties du monde ».

Le 15/12/1866 il épouse  Alexandrine Dubreuil.   Il décèdera 1er février 1902.

Sources : entre autre
Blog   maitre-a-danser.blogspot.fr
Blog     antecedanseinfo

 

 

DESRAT Gustave (1831- 19?? ) – Danseur français XIXe

Professeur de danse de salon

Né le 7/6/1831 à Paris

Décédé 19??

Il enseigne la danse à Paris et écrit plusieurs
ouvrages dont certains sont à la Bibliothèque Nationale à Paris.

Ses publications :

  • Le cotillon 1855
  • le quadrille  1857
  • Traité de danse de 1883 – Edition Delaune – Paris, contenant entre autre  le Passe-passe quadrille dont la chorégraphie fut réglée par J. Rémond de l’Opéra de Paris.
  • Dictionnaire de la danse, historique, pratique, bibliographique théorie  de 1895
  • Nouveau traité complet des règles et usages  du monde – 1899

 

Des partitions de musiques de danse avec description des chorégraphies par Desrat :
– Q américain – les chevaux de bois – compositeur Alexandre Artus

– Nouveau menuet de la cour – partition de Desgranges – chorégraphie de Desrat

 

HILFERDING Franz (1710-1768) Danseur autrichien XVIIIe

Danseur, chorégraphe de ballets pantomime
maître de ballet à la cour de Vienne et de St-Pétersbourg

Né le 17 novembre 1710 à Vienne
Décédé le 29 mai 1768 à Vienne à 58 ans

Il étudie la danse à Paris, chez maître Michel BLONDY à l’Académie royale de musique.

En 1735 il est danseur au Théâtre à la cour de Vienne puis en 1749 il fut nommé maître de ballet.

Il danse sagement avec masque et perruque mais se promet de la supprimer plus tard.

Chorégraphe qui introduit  le ballet-pantomime en Autriche

Effectivement dans son premier ballet  Colombine et Polichinelle sont remplacés par des personnages du terroir : charbonnier, paysans tyroliens, Hongrois en costume national qui accomplissent les gestes propres à leur métier.

Ces modifications furent bien accueillies. Costumes, décors, lumières, rythmes furent composés avec une adresse nouvelle.

En 1740 il  présente à Dresde « Britanicus » de Racine sous forme de ballet mimé, selon les règles de l’art dramatique ; puis « Alzire » de Voltaire et « Idoménée » de Crébillon. « Le turc généreux » de RAMEAU en 1750. Lire le reste de cet article »

RAMEAU Pierre (1674-1748) Maître à danser français début XVIII

Maître à danser de la danse baroque à la à la cour d’Espagne et à la cour de France., Chorégraphe (celui qui note les déplacements et les mouvements) qui publia plusieurs ouvrages en collaboration avec Feuillet. Ce sont des sources précieuses de la « Belle danse » française.

Lire le reste de cet article »

VIGANO Salvatore (1769-1821) Danseur italien fin XVIIIe/début XIX

Vigano est né dans une famille de danseurs. Avec son père maître de ballet renommé, il étudie la danse et son oncle l’initie à la composition. Il part en tournée avec son père en Italie et à Madrid où il rencontre sa femme danseuse. Le couple danse à Venise pour Dauberval. Il est nommé maître de ballet à Vienne puis à la Scala de Milan pendant 10 ans. Il chorégraphie de nombreux ballets et compose parfois leur musique.

Lire le reste de cet article »

TAGLIONI Salvatore (1789-1868) Danseur italien XIXe

Membre de l’illustre famille italienne de danseurs/ses, Salvatore est formé par J-François Coulon.
Il débute à 16 ans à l’Opéra de Paris. Il danse dans plusieurs villes de France avec sa femme danseuse, puis le couple rentre en Italie où ils dansent dans plusieurs villes avant que Salvatore ne soit nommé chorégraphe à vie des Théâtres royaux de Naples.
Il a composé plus de 200 ballets pour les divers théâtres italiens.

Lire le reste de cet article »

GRAHN Lucile (1819-1907) Danseuse danoise XIXe

Lucile étudie la danse àu Théâtre royal de Copenhague puis débute sous la direction d’Auguste Bournonville. Elle souhaite poursuivre sa formation à Paris. A son retour, une mésentente avec Bournonville la fait s’exiler à Hambourg. Elle danse à Milan, en Russie et à Londres où elle participe au fameux « Pas de quatre » de Jules Perrot avec Fanny Cerrito, Carlota Gris,i Marie Taglioni.

Lire le reste de cet article »

TAGLIONI Filippo (1777-1871) Danseur italien XIXe

Les Taglioni sont une famille de danseurs : les parents de Filippo, ses enfants, son frère. Formé à Milan par Carlo Brasis puis à Paris auprès de J-François Coulon. Il va à Stockholm comme maître de ballet puis directeur du ballet royal suèdois. Puis il travaille à Vienne où il fait venir sa fille Marie qui a un piètre niveau technique. Il corrige ses défauts, lui fait travailler les « pointes » et crée un ballet pour la faire débuter à l’Opéra de Paris dans « Sylvia » premier ballet romantique où elle danse en duo avec son frère Paul. Filipppo et Marie vont danser de nombreux ballets tant à Paris qu’à St-Pétersbourg au Théâtre impérial. Filippo restera maître de ballet à St-Pétersbourg jusqu’à sa retraite au bord du lac de Côme.

Lire le reste de cet article »

PETIPA Marius (1818-1910) Danseur français XIX/début XXe

Fils du danseur Jean-Antoine Petipa, c’est son père qui l’initie à la danse et à la scène où il débute très jeune au Théatre de la Monnaie à Bruxelles Il part se former à Bordeaux puis à Paris auprès s’Auguste Vestris. Il va en Espagne et découvrira le flamenco qu’il réutilisera dans ses chorégraphies. Il part à St-Pétersbourg rejoindre son père qui danse au ballet de la cour impériale. Premier danseur puis maitre de ballet il montera les oeuvres de ses compatriotes : Jules Perrot, Jean Mazillier puis directeur du Théâtre Mariinski après le départ d’Arthur St-Léon. Il composera de très nombreux ballets avec mise en scène et costumes fastueux où les étoiles ont un rôle privilégié. C’est grâce aux Ballets russes puis à Rudolf Noureev que la France découvrira ses chorégraphies les plus célèbres. Ses notations ont été sauvées par des danseurs qui ont quittés la Russie lors de la Révolution.

Lire le reste de cet article »

PETIPA Jean-Antoine (1787-1855) Danseur français début XIXe

Jean-Antoine Petipa danseur et chorégraphe, dansera en Europe entre autre dans la troupe de Filippo Taglioni. Il crée le conservatoire de danse de Bruxelles. Il part en tournée en Amérique avec sa famille. Il sera le professeur de ses deux fils Lucien et Maruus et composera plusieurs ballets. Il partira danser à St-Pétersbourg et son fils Marius ira le rejoindre poursuivant aussi une longue carrière en Russie ; tandis que Lucien restera à l’Opéra de Paris. J-Antoine décèdera à St-Péterbourg où il sera inhumé et son fils mourra aussi là-bas de nombreuses années plus tard.

Lire le reste de cet article »

BOURNONVILLE Auguste (1805-1879) – Danseur danois XIXe

Antoine Bournonville est le flls du maître de ballet royal danois Antoine. Après une formation initiale par son père, Antoine part à l’Opéra de Paris se perfectionner avec Pierre Garde et lAuguste Vestris. Il danse à Vienne et à Naples et s’inspire des danses typiques qu’il introduit dans les ballets qu’il compose mêlant ces « danses de caractère » avec un style vif et léger et des costumes colorés. Il redonne aux hommes un vrai rôle de danseur à égalité avec les danseuses. Il place la danse au même rang que les autres arts.

Lire le reste de cet article »

MAZILIER Joseph (1797-1868) Danseur français XIXe

Il danse dans plusieurs théâtres de province Lyon, Bordeaux puis à l’Opéra de Paris. Ses capacités théâtrales et sa technique lui permettent de tenir les premiers rôles de nombreux ballets de J. Dauberval et Filipo Taglioni. Il danse aussi à Londres et St_Pétersbourg.

Lire le reste de cet article »

TRÉNITZ Pierre (1767-1825) Danseur français début XIX

Arrivé de sa province avec un groupe d’amis, on n’en sait pas plus sur sa jeunesse; Mais il ne passe pas inaperçu dans les salons parisiens du Directoire entre autre auprès des femmes les plus en vue, qu’il fait danser. Excellent danseur par sa technique, il est en plus un très bon animateur de soirée et de bal public. Sous l’Empire la danse reprend sa place dans l’éducation des jeunes gens et Trénitz est un professeur très apprécié. Il crée des pas très techniques et des chorégraphies complexes de contredanse où chacun pouvait se faire admirer.

Lire le reste de cet article »

DESPREAUX Jean-Etienne (1748-1820)-Danseur français fin XVIIIe

Danseur et maitre à danser sous Louis XV, Louis XVI, et Napoléon 1er
Auteur de vaudevilles, de parodies d’opéras, de chanson et organisateur des fêtes et des bals sous l’Empire
Danseur de 1763 à 1781 à l’Académie royale de musique. Il cumule plusieurs postes sous le Concordat puis sous l’ Empire jusqu’en 1812
Auteur de chansons, vaudevilles et poèmes de circonstance et livres sur le rôle de la danse

Lire le reste de cet article »

CORALLI Jean (1779-1824) Danseur italien fin XVIII/début XIXe

Coralli fait ses débuts de danseur à l’Opéra de Paris et plus tard comme maître de ballet. On lui doit de nombreuses chorégraphies restées célèbres dont « Gisèle » qu’il conçoit avec Jules Perrot.

Lire le reste de cet article »

CERRITO Fanny (1817-1909) Danseuse italienne XIXe

Fanny Cerrito débute très jeune scène malgré une technique encore à perfectionner, grâce à une présence et une interprétation qui la font apprécier du public. Après Florence et Naples, elle est engagée eu théâtre de Vienne et profite de la présence de Jules Perrot professeur compétent pour corriger une partie de sa technique et plus tard ce sera auprès de Carlos Blasis. De passage à Londres elle rencontre Arthur St-Léon qui sera son partenaire et qu’elle épousera à Paris. Elle sera l’une des quatre sanseuses choisies pour le fameux « Pas de quatre » avec Carlotta GRISI, Marie TAGLIONI, Lucile GRAHM.

Lire le reste de cet article »

AUMER Jean-Pierre (1774-1853) Danseur français fin XVIII/début XIX

Formé à l’Opéra de Paris, il rejoint Jean Dauberval à Bordeaux ; de retour à Paris il se heurte à Pierre Gardel et préfère partir à l’étranger. Il est maître de ballet à la cour de Hesez puis à Vienne. . Il revient à Paris où il peut enfin être chorégraphe et fait évoluer la danse entre autre en introduisant l’arabesque dans les ballets.

Lire le reste de cet article »

ELSSLER Franzeska dite Fanny (1810-1884) – Danseuse autrichienne XIXe

Elle étudie la danse à Vienne avec J Pierre Auber et Filippo Tagloni. L’unedes plus talentueuses interprètes du ballet romantique ; elle allie la technique et l’expression. Elle excelle dans les danses issues du folklore (cracovienne polonaise, tarentelle italienne ) qu’on appellera plus tard « danses de caractère ». Elle fut la rivale de Marie Taglioni.

Lire le reste de cet article »

BLASSIS Carlo (1797-1878) Danseur italien XIX

Tout jeune il a étudié la musique, le dessin, l’anatomie et à 12 ans seulement la danse à Marseille puis à Bordeaux puis enfin à l’opéra de Paris. De retour en Italie, il devient premier danseur à la Scala de Milan puis à la Fenice de Venise et au Teatro Rgio de Turjn. Un accident au pied l’oblige à arrêter la scène mais il se consacre à la chorégraphie et à l’enseignement. Pour la Scala de Milan il fait ses chorégraphies et écrit 2 ouvrages sur l’art de la danse et sur la façon d’enseigner les mouvements tout en respectant le corps illustré par de nombreux dessins. Il fait travailler les pointes et l’expression. Il ouvrira sa propre école et partira dans de nombreuses capitales enseigner sa méthode qui donnera de nombreux danseurs/ses célèbres.

Lire le reste de cet article »

DIDELOT Charles-Louis (1767-1837) Danseur français XIX

Fils du maître de danse du roi de Suède, il danse dans le ballet royal suédois puis vient poursuivre sa formation à Paris avec les plus grands danseurs français de l’époque : Dauberval, G. Vestris et Noverre. Il part à Londres et y fait ses premières chorégraphies qui reprennent les idées de Noverre sur l’expression des personnages, l’allègement des costumes. Sur l’invitation de Charles Le Picq, il va danser en Russie puis deviendra directeur des théâtres impériaux de St-Pétersbourg. Il découvrira les danses du folklore russe qu’il introduira dans ses ballets classiques, ce qu’on appelle maintenant « danses de caractère ».

Lire le reste de cet article »