Histoire

BENSERADE Isaac de (1612-1691) – Librettiste français XVIIe

Poète, dramaturge de la période baroque, reçu à l’Académie Française. Il collabora avec Lully comme librettiste pour de nombreux ballets très en vogue sous Louis XIV; Apprécié à la Cour et dans les salons littéraires de genre « précieux » pour ses « bons mots ». Il écrivit des oeuvres variées et originales.

Lire le reste de cet article »

RAMEAU Pierre (1674-1748) Maître à danser français début XVIII

Maître à danser de la danse baroque à la à la cour d’Espagne et à la cour de France., Chorégraphe (celui qui note les déplacements et les mouvements) qui publia plusieurs ouvrages en collaboration avec Feuillet. Ce sont des sources précieuses de la « Belle danse » française.

Lire le reste de cet article »

VIGANO Salvatore (1769-1821) Danseur italien fin XVIIIe/début XIX

Vigano est né dans une famille de danseurs. Avec son père maître de ballet renommé, il étudie la danse et son oncle l’initie à la composition. Il part en tournée avec son père en Italie et à Madrid où il rencontre sa femme danseuse. Le couple danse à Venise pour Dauberval. Il est nommé maître de ballet à Vienne puis à la Scala de Milan pendant 10 ans. Il chorégraphie de nombreux ballets et compose parfois leur musique.

Lire le reste de cet article »

TAGLIONI Salvatore (1789-1868) Danseur italien XIXe

Membre de l’illustre famille italienne de danseurs/ses, Salvatore est formé par J-François Coulon.
Il débute à 16 ans à l’Opéra de Paris. Il danse dans plusieurs villes de France avec sa femme danseuse, puis le couple rentre en Italie où ils dansent dans plusieurs villes avant que Salvatore ne soit nommé chorégraphe à vie des Théâtres royaux de Naples.
Il a composé plus de 200 ballets pour les divers théâtres italiens.

Lire le reste de cet article »

STROHMAYER Anton (1848-1937) Musicien autrichien XIX/début XXe

Stomayer a joué très jeune avec son père dans des orchestres viennois et a lui-même intégré la formation des frères Schrammel pour jouer dans des restaurants et divers bals privés. La particularité est sa guitare à 13 cordes et deux manches.

Lire le reste de cet article »

GRAHN Lucile (1819-1907) Danseuse danoise XIXe

Lucile étudie la danse àu Théâtre royal de Copenhague puis débute sous la direction d’Auguste Bournonville. Elle souhaite poursuivre sa formation à Paris. A son retour, une mésentente avec Bournonville la fait s’exiler à Hambourg. Elle danse à Milan, en Russie et à Londres où elle participe au fameux « Pas de quatre » de Jules Perrot avec Fanny Cerrito, Carlota Gris,i Marie Taglioni.

Lire le reste de cet article »

LUMBYE Hans Christian (1810-1874) Musicien danois XIXe

Une formation musicale grâce à la fanfare militaire. Il part pour Copenhague. Compositeur de musiques militaires et de danses, il crée son propre orchestre; et joue au Tivoli garden puis fait une tournée en Europe. Nommé le « Stauss du nord » il a la particularité d’intégrer des bruits de la vie courante dans ses compositions.

Lire le reste de cet article »

TAGLIONI Filippo (1777-1871) Danseur italien XIXe

Les Taglioni sont une famille de danseurs : les parents de Filippo, ses enfants, son frère. Formé à Milan par Carlo Brasis puis à Paris auprès de J-François Coulon. Il va à Stockholm comme maître de ballet puis directeur du ballet royal suèdois. Puis il travaille à Vienne où il fait venir sa fille Marie qui a un piètre niveau technique. Il corrige ses défauts, lui fait travailler les « pointes » et crée un ballet pour la faire débuter à l’Opéra de Paris dans « Sylvia » premier ballet romantique où elle danse en duo avec son frère Paul. Filipppo et Marie vont danser de nombreux ballets tant à Paris qu’à St-Pétersbourg au Théâtre impérial. Filippo restera maître de ballet à St-Pétersbourg jusqu’à sa retraite au bord du lac de Côme.

Lire le reste de cet article »

PETIPA Marius (1818-1910) Danseur français XIX/début XXe

Fils du danseur Jean-Antoine Petipa, c’est son père qui l’initie à la danse et à la scène où il débute très jeune au Théatre de la Monnaie à Bruxelles Il part se former à Bordeaux puis à Paris auprès s’Auguste Vestris. Il va en Espagne et découvrira le flamenco qu’il réutilisera dans ses chorégraphies. Il part à St-Pétersbourg rejoindre son père qui danse au ballet de la cour impériale. Premier danseur puis maitre de ballet il montera les oeuvres de ses compatriotes : Jules Perrot, Jean Mazillier puis directeur du Théâtre Mariinski après le départ d’Arthur St-Léon. Il composera de très nombreux ballets avec mise en scène et costumes fastueux où les étoiles ont un rôle privilégié. C’est grâce aux Ballets russes puis à Rudolf Noureev que la France découvrira ses chorégraphies les plus célèbres. Ses notations ont été sauvées par des danseurs qui ont quittés la Russie lors de la Révolution.

Lire le reste de cet article »

PETIPA Jean-Antoine (1787-1855) Danseur français début XIXe

Jean-Antoine Petipa danseur et chorégraphe, dansera en Europe entre autre dans la troupe de Filippo Taglioni. Il crée le conservatoire de danse de Bruxelles. Il part en tournée en Amérique avec sa famille. Il sera le professeur de ses deux fils Lucien et Maruus et composera plusieurs ballets. Il partira danser à St-Pétersbourg et son fils Marius ira le rejoindre poursuivant aussi une longue carrière en Russie ; tandis que Lucien restera à l’Opéra de Paris. J-Antoine décèdera à St-Péterbourg où il sera inhumé et son fils mourra aussi là-bas de nombreuses années plus tard.

Lire le reste de cet article »

MUSARD Philippe (1792-1859) – Musicien français début XIXe

Fils d’un entrepreneur de bals parisiens, il est musicien et compositeur de musiques de danses. Sa carrière commence à Londres où il dirige des concerts-promenades et il est chef d’orchestre des bals de la reine Victoria. Il fait connaître la quadrille à Johann Strauss père qui l’introduit en Autriche. Il lance le « can-can » au bal du carnaval de l’Opéra et dans les bals parisiens.

Lire le reste de cet article »

STRAUSS Johann (père) 1804-1849 – Musicien autrichien début XIXe

D’origine modeste et très tôt orphelin, il prend des leçon de violon et musique comme beaucoup d’enfants viennois. Il débute en jouant des musiques de danses viennoises dans un petit orchestre avecLanner. Qu’il quitte rapidement pour former le sien. Il compose ses propres musiques de valses viennoises qui ont beaucoup de succès et part en tournée en Europe.

Lire le reste de cet article »

STRAUSS Johann II (1er fils) 1825-1899 – Musicien autrichien XIXe

Son père le destine à la banque mais il préfère la musique qu’il a étudié en cachette. Il crée son propre orchestre puis, le succès venant, ill s’associe avec son frère Josef comme chef d’orchestre et compositeur puis avec sonfrère Eduard. Il fait des tournées en Europe et aux Etats-Unis où son orchestre obtient un triomphe . En France il rencontre Offenbach qui lui fait découvrir les opérettes qu’il se met aussi à composer en plus des multiples valses dont il fait évoluer le style.

Lire le reste de cet article »

STRAUSS Josef (2e fils) 1827-1870 – Musicien autrichien XIX

Musicien, compositeur de danses, seul ou avec ses frères ; il dirige l’orchestre familial lors d’une maladie de son frère aîné Johann II. De santé fragile il décède jeune à 42 ans.

Lire le reste de cet article »

BOURNONVILLE Auguste (1805-1879) – Danseur danois XIXe

Antoine Bournonville est le flls du maître de ballet royal danois Antoine. Après une formation initiale par son père, Antoine part à l’Opéra de Paris se perfectionner avec Pierre Garde et lAuguste Vestris. Il danse à Vienne et à Naples et s’inspire des danses typiques qu’il introduit dans les ballets qu’il compose mêlant ces « danses de caractère » avec un style vif et léger et des costumes colorés. Il redonne aux hommes un vrai rôle de danseur à égalité avec les danseuses. Il place la danse au même rang que les autres arts.

Lire le reste de cet article »

STRAUSS Eduard (3e fils) – (1835-1916) Musicien autrichien XIX

Connu plutôt comme chef d’orchestre que comme compositeur car il a souvent remplacé l’un ou l’autre de ses frères Johann II ou Josef soit pendant leur tournée à l’étranger de l’orchestre Strauss, soit pour raison de santé. Il a essayé de trouver son propre style dans ses compositions entre autre en composant de « polka-schnell » (polka rapide appelée « galop » en France.

Lire le reste de cet article »

MAZILIER Joseph (1797-1868) Danseur français XIXe

Il danse dans plusieurs théâtres de province Lyon, Bordeaux puis à l’Opéra de Paris. Ses capacités théâtrales et sa technique lui permettent de tenir les premiers rôles de nombreux ballets de J. Dauberval et Filipo Taglioni. Il danse aussi à Londres et St_Pétersbourg.

Lire le reste de cet article »

TRÉNITZ Pierre (1767-1825) Danseur français début XIX

Arrivé de sa province avec un groupe d’amis, on n’en sait pas plus sur sa jeunesse; Mais il ne passe pas inaperçu dans les salons parisiens du Directoire entre autre auprès des femmes les plus en vue, qu’il fait danser. Excellent danseur par sa technique, il est en plus un très bon animateur de soirée et de bal public. Sous l’Empire la danse reprend sa place dans l’éducation des jeunes gens et Trénitz est un professeur très apprécié. Il crée des pas très techniques et des chorégraphies complexes de contredanse où chacun pouvait se faire admirer.

Lire le reste de cet article »

JULLIEN Louis Antoine (1812-1860) – Chef d’orchestre français XIX

Tout jeune il commence la musique dans l’orchestre militaire de son père. Il lança les « cafés concerts » où il créait des animations variées et joua avec son orchestre dans de grandes salles parisiennes en rivalité avec Philippe Musart. Il part à Londres avec son orchestres pour des « concerts-promenades » et y fonde une maison d’édition de ses musiques qu’il vend. Il composa de très nombreuses musiques de danses et partit même en tournée à New-York qui découvrit les nouvelles danses européennes.

Lire le reste de cet article »

CORALLI Jean (1779-1824) Danseur italien fin XVIII/début XIXe

Coralli fait ses débuts de danseur à l’Opéra de Paris et plus tard comme maître de ballet. On lui doit de nombreuses chorégraphies restées célèbres dont « Gisèle » qu’il conçoit avec Jules Perrot.

Lire le reste de cet article »