Archive pour le mot-clef ‘danseur’

PERROT Jules Joseph (1810-1892) – Danseur français XIXe

Son père est machiniste au theâtre de Lyon, mais c’est la danse classique que le jeune Jules choisi d’étudier. Il participe très tôt à des spectacles dans des rôle de pantomime quilui attire des succès. A Paris Auguste Vestris lui conseille des rôle d’interprétation soutenu par sa technique de jambes qu’il a puissantes. A l’Opéra de Paris il danse avec Marie Taglioni. Sur fond de jalousie, elle le fait renvoyer, mais il va sur d’autres scènes d’Europe et compose des ballets entre pour Carlotta Grisi qu’il rencontre à Naples. Devenu son mentor ils vont danser sur plusieurs scènes prestigieuses et entre autre à Londres où il compose le fameux »Pas de quatre » qui réunit les 4 meilleures danseuses de l’époque.

Lire le reste de cet article »

COULON Jean-François (1763-1836) Danseur français début XIXe

Ses parents étaient danseurs dans la troupe de Fréféric II en Hesse mais il vient à Paris comme professeur de danses où il enseigne une technique plus légère en délicatesse plutôt qu’en performance physique. Pour les danseuses, il fait adopter le chausson de satin du Directoire qui leur donna plus de souplesse dans la 1/2 pointe puis dans la pointe que chacune recherchait à renforcer. Il fonda sa propre école et devint l’un des professeurs les plus renommés d’Europe. C’est son fils Eugène qui conçu le « Quadrille Coilon ».

Lire le reste de cet article »

VESTRIS Gaétan (le père) 1729-1808 – Danseur franco-italien du XVIIIe

Formé très jeune à la danse et à la musique,son allure le fit classer dans la catégorie de « Danseur noble »? Imbu de sa personne avec un caractère difficile, malgré deux renvois temporaires, il fait une longue carrière à l’Opéra de Paris. Vestris est un grand admirateur de Noverre pour ses innovations scéniques dans ses ballets d’action Gaétan reconnut tardivement son fils Auguste Vestris , également très grand danseur, qu’il eut dans sa jeunesse avec la danseuse Marue Allard. Père et fils vont danser sur de nombreuses scènes emportant l’enthousiasme des spectateurs.

Lire le reste de cet article »

LANDÉ Jean-Baptiste (169?-1748) Danseur français XVIIIe

Originaire de Bordeaux où il a prête serment comme maître de danse, Landé se produit à Paris; à Dresde puis à Stockolm où il crée l’Académie royale de danse et de musique. Puis il part quelques années au Danemark avant d’être invité par le conseiller d’Anne de Russie pour enseigner la danse aux cadets de l’école militaire à St-Pétersbourg. Il est aussi chargé de créer une école de danse pour les enfants pauvres mais présentant des dispositions qui constituera la première école de danse impériale de Russie. D’autres maîtres français continueront l’enseignement de la techniques française et les termes français sont toujours utilisés.

Lire le reste de cet article »

LANY Jean-Barthélémy (1718-1786) Danseur français XVIIIe

Issu d’une famille de danseurs Jean-Barthélémy LAMY début à l’Académie royale de musique (futur Opéra de Paris), comme danseur puis va danser à Berlin à la Cour de Frédéric II de Prusse. De retour à Paris il fera le reste de sa carrière à l’Académie royale dont il sera directeur pendant 20 ans. Il travaillera avec Gaétan VESTRIS qui lui succèdera.

Lire le reste de cet article »

LE PICQ Charles Félix (1745-1806) Danseur français XVIIIe

Le Picq est issu d’une famille de danseurs français, il se forme avec Noverre à Paris. Après avoir dansé dans plusieurs capitales en Europe et ne trouvant pas sa place à l’Opéra de Paris, il part à St-Pétersbourg où il va composer de multiple ballets pour la cour de Catherine II de Russie. Il va contribuer à apporter la danse française classique en Russie en tant maître de ballet aprés JB Landé et sera suivi de plusieurs autres danseurs et chorégraphes célèbres, le dernier étant Marius Petipa.

Lire le reste de cet article »

NOVERRE Jean-Georges (1727-1810) – Danseur français XVIIIe

.

Noverre a fait évoluer le ballet en faisant enlever les masques sur scène afin de favoriser l’expression ; il allégea le costume pour favoriser les mouvements. Les danseurs jouaient un personnage en plus de leur performance technique ce qui donna du sens aux « ballets d’action ». Il fut apprécié dans les cours étrangères car d’autres danseurs recherchaient à s’exprimer comme Gasparo Anglioni et Franz Hilferding. Mais grâce à Gaétan Vestris qui dansa ses ballets et à l’appui de Marie-Antoinette, Noverre réussit à faire évoluer ses ballets qui trouvaient une cohérence et devenaient un spectacle à part entière.

Lire le reste de cet article »

ANGIOLINI Gasparo (1737-1803) Danseur italien XVIIIe

Il commence à danser en Italie puis à Vienne où il rencontre Frantz Hilferding qui deviendra son modèle. Il lui succède aux Théâtre impériaux de St-Péterbourg pendant 8 ans puis revient en Italie à Milan où il rencontre Noverre. Il polémique avec lui sur la paternité du « ballet d’action » ; en fait ils seront les précurseurs du ballets d’action qui évolue vers plus de théâtralité, d’expression mais aussi plus d’autonomie par rapport à l’opéra.

Lire le reste de cet article »

DUPRÉ Louis (1697-1774) Danseur français du XVIIIe

Dupré débuta la danse très jeune et eut pour partenaire la célèbre danseuse Françoise Prévost. Il avait un maintientparticulièreement élégant Il danse à l’étranger et rejoint une troupe française en Pologne. De retour à Paris il retrouve l’Académie royale comme danseur puis maître de danse. Il forma plusieurs danseurs qui devinrent célèbres comme Gaétan vestris et J-Georges Noverre. Il régla aussi des ballets pour Louis XV qu’il donnait dans les » petits appartements » à Versalles. On lui doit le ballet des « Indes galantes » sur une musique de J-Ph. Rameau

Lire le reste de cet article »

GARDEL Pierre Gabriel (1758-1840) Danseur français fin XVIIIe/début XXe

Ses parents sont danseurs. Pierre-Gabrlel a 16 ans quand il entre à l’école de danse de l’Opéra de Paris où il est élève de son frère aîné Maximilien. Il passera premier danseur mais devra renoncer à sa carrière à cause de problèmes au dos. A la suite du décès de son frère, il prend sa succession de maître de ballet qu’il assumera avec autorité durant 40 ans. Il va composer 280 ballets dont il fera évoluer la mise en scène et allègera les costumes. Il formera Carlo Blasis danseur célèbre en Italie et Auguste Bournonville qui s’imposera à Copenhague.

Lire le reste de cet article »

MILON Louis Jacques Jessé (1766-1845) Danseurs français fin XVIII/début XIX

Tout jeune il rentre à l’école de danse de l’Opéra de Paris. Danseur puis chorégraphe il collaborera avec Pierre Gardel comme maître de ballet à l’Opéra.

Lire le reste de cet article »

CAMPANINI Barbara (1719-1799) Danseuse italienne XVIIIe

Danseuse italienne qui a des qualités techniques et d’interprétation ; elle débute à l’Académie royale de musique de Paris. Elle danse à Londres, Dublin, Paris puis elle est engagée à Berlin dans la Cie française de Lany. Malgré son succès et ses conditions avantageuses elle rompt son contrat à cause d’une demande en mariage. Sa vie sentimentale va ainsi perturber sa carrière à plusieurs reprises. Elle finit sa vie dans son château avec le titre de comtesse en Silésie.

Lire le reste de cet article »

DESPREAUX Jean-Etienne (1748-1820)-Danseur français fin XVIIIe

Danseur et maitre à danser sous Louis XV, Louis XVI, et Napoléon 1er
Auteur de vaudevilles, de parodies d’opéras, de chanson et organisateur des fêtes et des bals sous l’Empire
Danseur de 1763 à 1781 à l’Académie royale de musique. Il cumule plusieurs postes sous le Concordat puis sous l’ Empire jusqu’en 1812
Auteur de chansons, vaudevilles et poèmes de circonstance et livres sur le rôle de la danse

Lire le reste de cet article »

HEINEL Anne (1753-1803) Danseuse franco-allemande XVIIIe

Elève de Noverre, elle danse à Stuttgart et à Vienne puis à l’Opéra de Paris. Elle passe plusieurs saisons à Londres au King’s Theatre et Gaétan VESTRIS devient son partenaire en scène et à la ville. Elle épouse ce dernier et ils vont élever Auguste Vestris le fils que Gaétan a eu avec la danseuse Marie Allard qui deviendra le deuxième dieu de la danse..

Lire le reste de cet article »

SUBLIGNY Marie-Thérèse (1666-1756) Danseuse française XVIIe

Née en juillet 1666. Décédée en 1736.

Fille de l’avocat et auteur dramatique Adrien-Thomas Pernoult de Subligny.

 

A l’académie royale de musique de 1688 à 1707

En 1688 elle étudie la danse à l’Académie royale de musique.

En 1690, elle est une des premières danseuses à se produire sur scène (car les rôles de femme étaient tenus par des hommes – les masques aidant).

Elle a fait évoluer la technique en ayant une ouverture de jambe plus importante que les autres.

Elle tient des rôles de soliste et de partenaire des grands danseurs de l’époque comme Claude BALLON. Son nom est d’ailleurs indiqué sur les partitions chorégraphiques de l’Opéra.

Louis PÉCOUR règle, pour elle, plusieurs chorégraphies que publie Raoul-Auger FEUILLET. 

 

 

Elle succède comme danseuse principale à Melle LAFONTAINE (1655-1738) et lui succèderont Marie-Catherine GUYOT et Françoise PRÉVOST .

 Elle se produit avec succès dans les opéras et comédies-ballet des compositeurs baroques :

En 1702 et 1703 elle a été l’une des premières danseuses françaises à se produire à Londres.

En 1707 elle quitte l’Académie royale de musique.

ANGIOLINI Gasparo (1731-1803) Danseur italien XVIIIe

Danseur, chorégraphe et maître à danser à la cour de Vienne et de St-Pétersbourg, précurseur du ballet d’action avec Hilferding et Noverre 

Né le 9 février1731 à Florence
Décédé le 6  février 1803 à Milan âgé de 71 ans

Un fils Pietro Angiolini

En 1747 il commence à danser à Lucques et parcourt l’Italie durant 5 ans.

En 1757 il produit son premier ballet à Turin « Diana ed endimiore ».

Il se produit à Vienne en Autriche dans les ballets de Franz HILFERDING qui deviendra son modèle.

Il lui succède aux Théâtre impériaux de 1758 à 1766 pendant que Franz est allé à St Pétersbourg. En 1751 il collabore avec Christoph Willibald Gluk pour lequel il règle les chorégraphie dans « Don Juan ou le cythère » , « Le festin de Pierre » (1761) , « Orphée et Eurydice » (1762), « Sémiramis » (1765)

De 1766 à 1772 il va remplacer Hilferding à St Pétersbourg où il donne de nouvelles créations « Le départ d’Enée », « Didon abandonnée, « Les chinois en Europe », « Le préjugé vaincu », « Armide et Rinaldo ».

Rencontre houleuse avec Noverre à Milan
En 1771, il revient en Italie à Venise puis à Milan où il rencontre NOVERRE et polémique avec lui sur la paternité du « ballet d’action ». Il écrit aussi une lettre sur « La querelle des pantomimes » à Noverre en 1783.
En 1776 il regagne St-Pétersbourg où il reste 2 ans. Il compose les ballets de Plusieurs opéras de Giovani Paisiello.

De 1779 à 1782 il travaille à la Scala de Milan.

De 1882 à 1886 retour à St Pétersbourg où il enseigne à l’école de danse des Théâtres impériaux.

En 1791 il met un terme à sa carrière en Italie.

Accusé d’avoir collaboré avec les troupes françaises lors de leur conquête, emprisonné de 1799 à 1801, il est déporté par les Autrichiens aux Bouches de Caltaro d’où les Français le délivrent.

Il revient à Milan et y meurt en 1803 âgé de 71 ans.

Son apport à la danse

Il a contribué à l’autonomie du ballet par rapport à l’Opéra. Il privilégie la règle des 3 unités. Contrairement à Noverre il fait usage du programme de ballet détaillé pour expliquer les ballets, se concentrant sur la clarté et la lisibilité du texte dansé.

Tous deux vont faire évoluer le ballet d’un spectacle où l’intrigue est habituellement décousue et dénuée de passion vers la pantomime plus expressive dans laquelle tous les éléments sont intégrés.

PÉCOUR Guillaume-Louis (1653-1729) – Danseur français fin XVII

Danseur (son maître est Pierre Beauchamps) il se produit à la cour de Louis XIV et à celle de la duchesse du Maine à Sceaux. Il crée plusieurs ballets baroques, des cotillons qui deviendront les contredanses françaises . Il collabore avec Feuillet pour noter ses chorégraphies (avec des schémas) et publie plusieurs recueils pour sa propre clientèle. Ses publications (traduites en anglais et en allemand) permettront une diffusion du répertoires des danses fransaises en Europe. Il succède à Beauchamps comme Directeur de l’Académie royale de musique.

Lire le reste de cet article »