PETIPA Jean-Antoine (1787-1855) Danseur français début XIXe

 

Danseur, maître de danse, chorégraphe
dans plusieurs capitales d’Europe et à St-Pétersbourg avec son fils Marius

Né le 16 février 1787 à Paris 10e
Décédé le 28 juillet 1855 à St-Pétersbourg

Famille :

Fils de J-François PETIPA et de Marie-Anne Pussenot
Marié à Victorine Maurel ils auront 6 enfants dont 2 fils nés à Marseille qui seront danseurs :
. Lucien né en 1815  fit sa carrière en France
. Marius né en 1818 fit sa carrière en Russie

Jean-Antoine suivra sa formation à l’école de danse de l’opéra de Paris

En 1795 à 8 ans, il figure dans « Psyché » repris à l’Opéra de Paris par Pierre GARDEL

Lors du décret impérial de fermeture des théâtres parisiens, le jeune J-Antoine part avec la troupe de Filippo TAGLIONI qui sillonne l’Europe. De 1807 à 1810 la troupe s’établie à Cassel puis la Prusse à cause de l’invasion des troupes  impériales et part pour Vienne puis à Naples.

Pour la saison 1813/14, J-Antoine Petipa est nommé maître de ballet à Lyon.

Puis avec la troupe qu’il a formée, il est l’hôte du prince Bernardotte de Suède, puis ils partent au Théâtre français de Hambourg.

En 1814 la troupe donne une série de représentations à Bruxelles avant de rejoindre Paris pour la réouverture du Théâtre de la port St-Martin. En 1815 il chorégraphie « Les six ingénues » et « Le berger de la sierra Marena ».

Puis il est engagé comme maître de ballet à Marseille. ; et c’est là que sa  femme Marie-Anne Pussenot donne naissance à Lucien en 1815 puis à Marius en 1818.

Un long engagement au Théâtre de Bruxelles et au Conservatoire qu’il crée

De 1819 à 1831 il sera maître de ballet au Théâtre de la Monnaie  à Bruxelles et va fonder le  Conservatoire de danse de Bruxelles.
Il retourne au Théâtre de  Bordeaux où Lucien formé par son père devient 1er danseur.

En 1839 la famille Petipa s’embarque pour l’Amérique et fait une tournée triomphale mais financièrement c’est un désastre car leur manager s’est enfui avec la recette.

Entre 1841 et 1843 la famille est de retour à Bruxelles et J-Antoine  monte de nouveaux ballets.

Une famille séparée : Jean-Antoine et Marius en Russie jusqu’à leur mort et Lucien à Paris.

J-Antoine fut le premier professeur de ses fils qui ont suivi leur père dans ses tournées et sont montés sur scène très jeunes. Les deux frères progressaient mais Marius le plus jeune était dans l’ombre de son frère  Lucien et il en souffrait. Il part étudier un an à Bordeaux puis 4 ans à Madrid. Aussi lorsque son père est appelé à Saint-Pétersbourg pour être professeur à l’Ecole impériale de danse, Marius veut le rejoindre et c’est enfin en 1847 qu’il obtient un contrat de danseur pour St-Pétersbourg. La famille est séparée définitivement puisque Lucien reste à l’Opéra de Paris et y poursuivra sa carrière.

J-Antoine finira sa carrière de professeur et de chorégraphe à St-Pétersbourg.

Il décèdera le 25 juillet 1855 à St-Pétersbourg. et sera inhumé là-bas.