Histoire

SCHRAMMEL Johann et Josef (1850-1893) Musiciens autrichiens XIX

Les frères Schrammel sont moins connus que leur compatriote Strauss, mais ils créent avec leur père un trio puis avec Strohmayer et Dänzer un quartett pour jouer des musiques typiquement viennoises. Ils se produisent dans les restaurants mais aussi les salons de la bourgeoisie ou de l’aristocratie avec de nombreuses compositions de marches, valse, polkas, mazurkas..

Lire le reste de cet article »

ELSSLER Franzeska dite Fanny (1810-1884) – Danseuse autrichienne XIXe

Elle étudie la danse à Vienne avec J Pierre Auber et Filippo Tagloni. L’unedes plus talentueuses interprètes du ballet romantique ; elle allie la technique et l’expression. Elle excelle dans les danses issues du folklore (cracovienne polonaise, tarentelle italienne ) qu’on appellera plus tard « danses de caractère ». Elle fut la rivale de Marie Taglioni.

Lire le reste de cet article »

WALDTEUFEL Emile (1837-1915) – Musicien français XIX /début XXe

Issu d’une famille alsacienne de musiciens, il apprend le piano et la composition au conservatoire de Paris. Compositeur de valses, polkas et danses diverses pour des bals privés et de plein-air et va même animé des bals de l’impératrice Eugénie à Biarritz et ses « séries » à Compiègne. Le prince de Galles l’invite à jouer pour la reine Victoria. Nombre de ses danses sont encore jouées dans les bals jusqu’au début du XXe siècle.

Lire le reste de cet article »

DESRAT Gustave (1862- ) – Danseur français XIXe

Professeur de danse de salon

Né le 6/6/1862 à Boulogne sur Mer

Entre 1856 et 1872 c’est Charles Périn (oncle de Gustave) qui était à la même adresse au 2 rue Giblequin à Paris et aussi professeur de danse.

Publications

Traité de danse de 1883 – Edition Delaune – Paris, contenant entre autre  le Passe-passe quadrille dont la chorégraphie fut réglée par J. Rémond de l’Opéra de Paris.

Dictionnaire de la danse – 1895

GANNE Louis (1862-1923) – Musicien français fin XIX/début XXe

Chef d’orchestre et compositeur d’opérettes, de ballets, d’opéras-comiques et de marches militaires jouées dans les kiosques à musique des squares

Lire le reste de cet article »

OFFENBACH Jacques (Jakob) (1819–1880) Musicien naturalisé français XIXe

Il apprend à jouer très jeune du violon et du violoncelle puis son père l’envoie au Conservatoire de Paris avec son frère aîné mais il s’y ennuie. C’est Fromental Halévy qui va lui donner des leçons de composition et d’orchestration. Il commence à composer pour l’Opéra comique. Il fréquente les salons et donne de nombreux concerts en France et en Allemagne. il se produira à Windsor devant la reine Victoria, devant l’empereur de Russie et le roi de Saxe. Il va composer de nombreuses oeuvres qui seront seront jouées encore au XXe siècle. Il sera naturalisé français par Napoléon III.

Lire le reste de cet article »

ADAM Adolphe Charles (1803-1856) Musicien français début XIX

Adolphe a étudié le piano, le contrepoint et la composition au Conservatoire et obtient le 2e prix de Rome en composition. Il faisait des remplacements dans des orchestres et écrivait des chansons et des musiques pour les autres. Ses études terminées, il voyage en Europe et rencontre Scribe à Genève avec qui il commence à collaborer pour un vaudeville; et un opéra-comique. Il en fera beaucoup d’autres ainsi que des musiques de ballets entre pour Gisèle et le Corsaire encore donnés à l’Opéra de Paris.

Lire le reste de cet article »

BLASSIS Carlo (1797-1878) Danseur italien XIX

Tout jeune il a étudié la musique, le dessin, l’anatomie et à 12 ans seulement la danse à Marseille puis à Bordeaux puis enfin à l’opéra de Paris. De retour en Italie, il devient premier danseur à la Scala de Milan puis à la Fenice de Venise et au Teatro Rgio de Turjn. Un accident au pied l’oblige à arrêter la scène mais il se consacre à la chorégraphie et à l’enseignement. Pour la Scala de Milan il fait ses chorégraphies et écrit 2 ouvrages sur l’art de la danse et sur la façon d’enseigner les mouvements tout en respectant le corps illustré par de nombreux dessins. Il fait travailler les pointes et l’expression. Il ouvrira sa propre école et partira dans de nombreuses capitales enseigner sa méthode qui donnera de nombreux danseurs/ses célèbres.

Lire le reste de cet article »

DIDELOT Charles-Louis (1767-1837) Danseur français XIX

Fils du maître de danse du roi de Suède, il danse dans le ballet royal suédois puis vient poursuivre sa formation à Paris avec les plus grands danseurs français de l’époque : Dauberval, G. Vestris et Noverre. Il part à Londres et y fait ses premières chorégraphies qui reprennent les idées de Noverre sur l’expression des personnages, l’allègement des costumes. Sur l’invitation de Charles Le Picq, il va danser en Russie puis deviendra directeur des théâtres impériaux de St-Pétersbourg. Il découvrira les danses du folklore russe qu’il introduira dans ses ballets classiques, ce qu’on appelle maintenant « danses de caractère ».

Lire le reste de cet article »

DUPORT Louis-Antoine (1781-1853) Danseur français début XIXe

Elève de J François Coulon il se montre performant en sauts et pirouettes et débute premier danseur à l’Opéra de Paris. Mais en rivalité avec Auguste Vestris et Pierre Gardel, il rompt son contrat pour aller danser à St-Pétersbourg où il danse des ballets de ses compatriotes Didelot et Le Picq. Puis danse dans diverses capitales européennes et devient maître de ballet.

Lire le reste de cet article »

SAINT LÉON Arthur (1821-1870) Danseur français XIX

Danseur et excellent violoniste, il passe son enfance à Stuttgart où son père est maître de ballet. Engagé comme premier danseur au Théâtre de le Monnaie à Bruxelles puis il se produira sur diverses scènes européennes. C’est à Milan qu’il rencontre la ballerine Fanny Cerrrito, sa future femme. lls vont danser à l’Opéra de Paris et à Londres. Arthur va être maître de ballet aux théatres impériaux de St-Pétersbourg. Dans ses chrorégraphies il va introduire des danses nationales ; il collaborera avec Marius PETIPA. Son ballet « Coppélia » a toujours du succès.

Lire le reste de cet article »

GUY-STEPHAN Marie (1818-1873) Danseuse française XIXe

Elle apprend la danse à l’Opéra de Paris puis va au Grand théâtre de Bordeaux comme première danseuse. Puis part à Milan et à Londres et enfin à Madrid où elle découvre les danses espagnoles (avec pour partenaire Marius Petipa) dont elle se fera une spécialité comme « danses de caractère ». Elle danse à Paris dans des chorégraphies de Joseph Mazilier et Arthur St-Léon.

Lire le reste de cet article »

PERROT Jules Joseph (1810-1892) – Danseur français XIXe

Son père est machiniste au theâtre de Lyon, mais c’est la danse classique que le jeune Jules choisi d’étudier. Il participe très tôt à des spectacles dans des rôle de pantomime quilui attire des succès. A Paris Auguste Vestris lui conseille des rôle d’interprétation soutenu par sa technique de jambes qu’il a puissantes. A l’Opéra de Paris il danse avec Marie Taglioni. Sur fond de jalousie, elle le fait renvoyer, mais il va sur d’autres scènes d’Europe et compose des ballets entre pour Carlotta Grisi qu’il rencontre à Naples. Devenu son mentor ils vont danser sur plusieurs scènes prestigieuses et entre autre à Londres où il compose le fameux »Pas de quatre » qui réunit les 4 meilleures danseuses de l’époque.

Lire le reste de cet article »

TOLBECQUE Jean Baptiste Joseph (1797-1869) Musicien belge/français du XIXe siècle

Né en Belgique mais Il étudie le violon et la composition au Conservatoire de Paris. Il dirige plusieurs orchestres dont celui des bals de la cour du roi Louis-Philippe et dans de nombreux bals publics qui lui assurent une grande célébrité au début du XIXe siècle. Il compose de nombreuses musiques de danses et eut plus tard comme concurrent le chef de Philippe Musard.

Lire le reste de cet article »

TAGLIONI Mariane Sophie dite Marie (1804-1884) – Danseuse d’origine italienne XIXe

Issue d’une famille de danseurs. Marie fut une danseuse qui a incarne le ballet romantique du XIXe et initia la technique des pointes avec aisanc.e. Son père Filippo la fait travailler à Vienne et en fait une danseuse performante. Aprèsnune carrière brillante, elle devint professeur de danse puis Inspectrice à l’Opéra de Paris.

Lire le reste de cet article »

COULON Jean-François (1763-1836) Danseur français début XIXe

Ses parents étaient danseurs dans la troupe de Fréféric II en Hesse mais il vient à Paris comme professeur de danses où il enseigne une technique plus légère en délicatesse plutôt qu’en performance physique. Pour les danseuses, il fait adopter le chausson de satin du Directoire qui leur donna plus de souplesse dans la 1/2 pointe puis dans la pointe que chacune recherchait à renforcer. Il fonda sa propre école et devint l’un des professeurs les plus renommés d’Europe. C’est son fils Eugène qui conçu le « Quadrille Coilon ».

Lire le reste de cet article »

VESTRIS Gaétan (le père) 1729-1808 – Danseur franco-italien du XVIIIe

Formé très jeune à la danse et à la musique,son allure le fit classer dans la catégorie de « Danseur noble »? Imbu de sa personne avec un caractère difficile, malgré deux renvois temporaires, il fait une longue carrière à l’Opéra de Paris. Vestris est un grand admirateur de Noverre pour ses innovations scéniques dans ses ballets d’action Gaétan reconnut tardivement son fils Auguste Vestris , également très grand danseur, qu’il eut dans sa jeunesse avec la danseuse Marue Allard. Père et fils vont danser sur de nombreuses scènes emportant l’enthousiasme des spectateurs.

Lire le reste de cet article »

GARDEL Pierre Gabriel (1758-1840) Danseur français fin XVIIIe/début XXe

Ses parents sont danseurs. Pierre-Gabrlel a 16 ans quand il entre à l’école de danse de l’Opéra de Paris où il est élève de son frère aîné Maximilien. Il passera premier danseur mais devra renoncer à sa carrière à cause de problèmes au dos. A la suite du décès de son frère, il prend sa succession de maître de ballet qu’il assumera avec autorité durant 40 ans. Il va composer 280 ballets dont il fera évoluer la mise en scène et allègera les costumes. Il formera Carlo Blasis danseur célèbre en Italie et Auguste Bournonville qui s’imposera à Copenhague.

Lire le reste de cet article »

LANDÉ Jean-Baptiste (169?-1748) Danseur français XVIIIe

Originaire de Bordeaux où il a prête serment comme maître de danse, Landé se produit à Paris; à Dresde puis à Stockolm où il crée l’Académie royale de danse et de musique. Puis il part quelques années au Danemark avant d’être invité par le conseiller d’Anne de Russie pour enseigner la danse aux cadets de l’école militaire à St-Pétersbourg. Il est aussi chargé de créer une école de danse pour les enfants pauvres mais présentant des dispositions qui constituera la première école de danse impériale de Russie. D’autres maîtres français continueront l’enseignement de la techniques française et les termes français sont toujours utilisés.

Lire le reste de cet article »

DESPREAUX Jean-Etienne (1748-1820)-Danseur français fin XVIIIe

Danseur et maitre à danser sous Louis XV, Louis XVI, et Napoléon 1er
Auteur de vaudevilles, de parodies d’opéras, de chanson et organisateur des fêtes et des bals sous l’Empire
Danseur de 1763 à 1781 à l’Académie royale de musique. Il cumule plusieurs postes sous le Concordat puis sous l’ Empire jusqu’en 1812
Auteur de chansons, vaudevilles et poèmes de circonstance et livres sur le rôle de la danse

Lire le reste de cet article »