Histoire

Du pas chassé au galop

On retouve des pas simples mais avec des combinaisons qui portent chacune un nom différent :

  • pas chassé : on peut le faire vers la droite mais aussi vers la gauche
    départ en 2e position, (pieds joints mais pointes ouvertes)
    un pas latéral pied D/rapprocher le pied G/et chasser le pied D et se repositionner sur le pied G (sur lequel on met le poids)
  • coquette : composée de 4 pas chassés de suite
  • galop : composé de 8 pas chassés de suite (pratiqué sous le Second Empire)
  • gracieuse : combinaison soit de 2 pas de polka + 1 coquette
                                                      soit d’1 coquette + 2 pas de polka

De la country dance à la Contredanse

La country dance

La Country Dance (qui peut être traduite par danse de campagne) apparaît en Angleterre au milieu du 17ème siècle, au début du règne d’Elisabeth 1ère d’Angleterre. En 1651, John Playford écrit un ouvrage intitulé The English Dancing Master qui rassemble 105 manières de danser la Country Dance. Cet ouvrage sera complété jusqu’en 1728, référençant alors 358 danses.

La particularité de la « Contredance anglaise » est qu’elle se danse  sur  deux lignes disposées face à face : une rangée d’hommes fait face à une rangée de dames. Le premier couple danse la première reprise de la figure et termine en deuxième place. De reprise en reprise, il continue de « descendre », jusqu’à se trouver aux dernières places des deux rangées, tandis que les autres couples ont progressé d’autant de places vers le « haut » de la danse, puis redescendent de même, une fois arrivés en première place. La danse est considérée comme accomplie lorsque le premier couple a regagné sa place initiale. Ce qui est joli à regarder et agréable à danser est la progression des couples à l’intérieur du groupe. Les pas ce sont simplifiés pour être à la portée du plus grand nombre.

La Contredanse  se diffuse  en France grâce au maître à danser anglais Isaac d’Orléans qui enseigna cette danse aux princesses à Fontainebleau et au danseur André Lorin qui alla apprendre ces danses en Angleterre. Il inventa également un système de notation qui permettra de décrire la manière de danser.

La contredanse française

Petit à petit, cette danse francisée en Contredanse gagne l’aristocratie française et obtient une grande popularité. Ce succès va durer tout au long du 18ème siècle. Elle doit son engouement à sa simplicité, sa gaieté et sa facilité de mémorisation.

Mais en France  certains pas baroques sont gardés pour mettre en valeur la dextérité des danseurs. On y retrouve le pas de bourrée, le  demi-contretemps, le pas  de gavotte ou de menuet et le pas de rigaudon qui termine souvent un déplacement. Ces pas viennent enrichir les figures de bases  et les déplacements des contredanses.

Les figures de contredanses sont d’abord exécutés en colonne par plusieurs couples sans nombre limité puis petit à petit par quatre couples ou deux couples

La contredanse française en carré

Vers 1740, elle se transforme en Contredanse française, aussi appelée Cotillon. Elle se danse alors « en carré » : quatre couples disposés sur les côtés d’un carré dansent à deux, à quatre ou à huit, selon que la figure le commande.

Classiquement, la danse se déroule en alternant neuf « entrées » (couplets) avec un « refrain » (figure spécifique à chaque Contredanse). Les neuf entrées sont, dans l’ordre :

  1. le rond,
  2. la main,
  3. les deux mains,
  4. le moulinet des dames,
  5. le moulinet des hommes,
  6. le rond des dames,
  7. le rond des hommes,
  8. l’allemande
  9. et, à nouveau, le rond pour terminer.

La Contradanza

La Contredanse va aussi atteindre l’Espagne et y prendra le nom de Contradanza (version espagnole du mot « country dance »).

Cette Contredanse est le plus souvent composé en 2/4. La mélodie basé sur 8 mesures reprises sous la forme A A B B.

Evolutions

La contredanse anglaise s’est perpétuée jusqu’à nous, notamment sous la forme du reel écossais, tandis que la contredanse française a donné naissance, au début du XIXe siècle, à une forme simplifiée et standardisée, le quadrille composé de plusieurs contredanses fixées.

Jean-Etienne Despréaux, maître à danser sous le Premier Empire

Né en 1748, ancien danseur et  maître à danser sous Louis XV et Louis XVI, J-E Despréaux reprend sa carrière d’enseignant sous le Directoire.  Il donne des cours aux jeunes gens qui entourent Bonaparte et organise des bals avec son épouse Marie-Madeleine Guimard, ancienne danseuse.

Joséphine de Beauharnais  demande à Despréaux d’être le professeur de danse de ses enfants. Il enseigne aussi la danse et le maintien à Désirée Clary, (ancienne fiancée de Bonaparte, future épouse de J B bernadotte et reine de Suède) et à Caroline Bonaparte (soeur de Napoléon et future reine de Naple). Plus tard c’est  auprès de Marie-Louise d’Autriche,  seconde épouse de Napoléon, qu’il jouera le même rôle  à Compiègne ;  il enseignera la valse à Napoléon.

Despréaux sera également chargé  de l’organisaton de fêtes publiques données sous le Consulat et sous l’ empire jusqu’en 1812. En effet,  Despréaux aura un rôle important sous l’Empire puisqu’il cumulera les fonctions  : d’Inspecteur de l’Académie Royale de Musique et du Théâtre des Tuilerie, Inspecteur général de la Cour, Professeur de danse et de grâce au Conservatoire de Musique et répétiteur de cérémonie de la Cour.

Il s’éteint à Paris en 1820 un an avant la mort de Napoléon à Sainte Hélène.

Danses du Premier Empire

Nous étudions différentes danses du Premier Empire chorégraphiées et qui contiennent des pas spécifiques : pas de bourrée, pas de rigaudon, contre temps de Gavotte par exemple.

Voici certaines danses que nous avons déjà étudiées :

  • la Galopade,
  • la Boulangère,
  • le Carillon de Dunkerque,
  • la Turck,
  • la Monaco,
  • la valse du duc de Kent,
  • la Psyché,
  • la gigue anglaise,
  • la Belle Eurydice
  • le quadrille français avec les pas spécifiques premier empire.
  • Fête à Châteauvieux
  • la Fraternité

Quelques vidéos

Lire le reste de cet article »

De la contredanse aux quadrilles

La contredanse désigne une danse d’origine anglaise (country danse) dans laquelle les danseurs se positionnent sur deux lignes en vis-à-vis. La contredanse anglaise est apparue au milieu du XVIe siècle et s’est perpétuée jusqu’à maintenant, notamment sous la forme des reels écossais.

La contredanse a été introduite en France à la cour de Louis XIV par un maître à danser anglais et la contredanse française a donné naissance à une forme simplifiée et standardisée : le quadrille. Son nom indique qu’il se danse en carré où chaque couple est disposé sur un côté du carré. Lorsqu’il n’y a que deux couples face à face cette configuration porte le nom de quadrette.

Par convention l’ordre des couples est déterminé de 1 (celui près de la musique) à 4 , et chacun répètera la figure à tour de rôle. On peut danser avec sa partenaire ou avec son vis-à-vis (la personne qui est en face).

Certains déplacements reviennent dans chaque figure de quadrilles que les danseurs doivent connaître : la chaîne anglaise, la queue du chat, l’avant 2, le moulinet par exemple. On les retrouve dans les figures des quadrilles, toujours au nombre de 5.

Les quadrilles les plus célèbres sont :

Le quadrille français composé du Pantalon, l’Eté, la Poule, la Pastourelle, le Galop.

Le quadrille des Lanciers composé des Tiroirs, les Lignes, les Moulinets, les Visites, les Lanciers.

Le quadrille américain composé des Promenades, la Corbeille, les Chevaux de bois, les Visites, l’Américain. (chorégraphie de J. Martin)

Le quadrille des variétés parisiennes composé de

  1. l’Invitation (valse)
  2. l’Etoile (polka)
  3. le Prisonnier (valse)
  4. l’Alternante (polka-mazurka)
  5. la Rosace (valse).

Mais aussi :

  • le Polo (La Promenade/La Corbeille/ La traversée/La nouvelle pastourelle/Le Polo), apparu en 1865
  • Le Passe-passe quadrille (Passe-passe/Passera/Petite menuet/Chaîne des flleurs/Tour du monde en 16 heures (1883)
  • Le  Quadrille des Lanciers valsés

Les quadrilles furent exportés par nos compatriotes au Canada et en Louisiane. Ils sont à l’origine de la « country américaine » actuellement très en vogue.

Vers la fin du XIXe siècle, les quadrilles disparaissent au profit des danses en couple fermé : polka, mazurka, scottish, valse. De nouveaux pas apparaissent en France, importés des danses traditionnelles d’Europe centrale.