POLKA

Origine :

La polka est originaire de la Bohème orientale située aujourd’hui en République tchèque. En effet c’est en voyant une danse lors d’une fête de village en Bohème que le maître de musique local Jesep Neruda se serait inspiré pour créer un pas dynamique qu’il aurait baptisé « polka » . Son nom viendrait de « pulka » qui signifie « moitié » en tchèque, dérivé du demi-pas en avant si typique (semblable à un sautillement) qui lui confère une gaîté de mouvement si caractéristique.

Diffusion :

Cette nouvelle danse gagne la capitale Prague puis se répandit en Europe : à Vienne en 1839 et à Paris où le danseur bohème Raab la dansa au théâtre de l’Odéon en 1840, à la Scala de Milan en 1841, à Londres en 1844.
La polka eut un franc succès à Paris et concurrença la valse par son caractère joyeux et spontané accompagné par une musique très gaie.

Caractéristique :

Danse de rythme binaire (2/4), mouvement modéré, dans les premières années, mais plus précipité ensuite. Lla tradition veut que les mouvements précédant les pas 1 et 4 soient ponctués par un « et » qui souligne le sautillement typique de cette danse. En effet, la polka comporte une phase aérienne où tout le corps peut tourner et une phase au sol pour l’exécution du pas.

Compositeurs :

Franz Hilmar, originaire de Bohème, fut le premier compositeur de polka. Bedrich Smetana donna à la polka une touche classique dans son final de l’opéra « La fiancée vendue » en 1856. Johann Strauss fils a aussi composé 163 polkas après ses célèbres valses.

Par la suite cette danse fut éclipsée par de nouveaux rythmes venus d’Amérique au début du 20e siècle.

Source : guide des danses de salon – Ed. Solar

En 2014 : 170 ans de la polka

En 1844 la polka amena une révolution foudroyante dans la danse ; elle envahit les bals, les salons, les magasins, et même les rues de Paris. On a prétendu que Louis-Philippe trembla sur son trône au seul mot de polka et que désireux de savoir en quoi consistait cette source d’émotions si passionnées, il la dansa, un jour avec la reine d’Angleterre.
La polka n’amena pas seulement un grand changement dans la danse, elle y introduisit une foule de nouveautés dont quelques-unes seulement ont été conservées : la Varsovania, la Villeïka , la Sicilienne qui ne vécurent qu’un temps.

Deux professeurs se sont disputé l’honneur insigne d’avoir amené la polka à Paris. Il est incontestable que c’est dans les salons de Cellarius et non dans ceux de Laborde que la polka a été dansée pour la première fois et ce fait s’explique de lui-même. La polka originaire de Bohème, était depuis longtemps connue des étrangers, principalement des Hongrois, des Polonais, des Valaques , qui tous fréquentaient assidument les excellentes leçons de valse de  Cellarius. Plus d’une fois, les uns se mettaient au piano et jouaient des polkas nationales pendant que les autres les dansaient ; en homme habile et soucieux de son art, leur professeur entreprit de lancer la nouveauté.  L’envie et la jalousie s’emparèrent de son rival Laborde.

Emploi du pas de la polka

Le cavalier commençant avec le pied G et la dame avec le droit font, pour tourner, un pas en avant obliquement à G et un second à D en reculant aussi obliquement. Comme toutes les valses, la polka est dansée avec les variations admises dans les danses tournantes. Si la polka est dansée à rebours, elle est commencée du pied D mar le cavalier, et du G par la dame.

Source : Traité de danse par Desrat – Ed. Delarue