PÉCOUR Guillaume-Louis (1653-1729) Danseur français fin XVIII

Danseur, pédagogue, chorégraphe, compositeur de ballets baroques,
de cotillons et de contredanses françaises
Directeur de l’Académie royale de musique

Né le 10 août 1653 à Paris

Décédé le 12 avril 1729 à Paris

 

 

Son maître fut  Pierre BEAUCHAMP.

 

 

 

Danseur à la cour de Louis XIV et à celle de la duchesse du Maine

En 1671 il débute dans le ballet « Psyché » de Molière et Lully et participe à la plupart des opéras de LULLY.

Il est soliste à partir de 1680 et cesse de se produire en 1702.

Il participe aux mascarades de Cour et aux fêtes de la duchesse du Maine dans son château de Sceaux. Il compose des ballets et participe en tant que soliste aux ballets de fin d’année donnés par les élèves du collège jésuite Louis-le-Grand.

En 1702 il cesse de se produire comme danseur et se consacre à la composition de ballets.

Compositeur de ballets puis directeur de l’Académie royale de musique

En 1687 il est nommé compositeur des ballets à l’Académie royale de musique d’abord avec Louis Lestang puis seul et jusqu’en 1689.

Il succède à Beauchamp en tant que Directeur de l’Académie de  1687 à 1729 et son successeur sera Michel BLONDY.

Plusieurs chorégraphes (au sens du XVIIIe siècle : qui note la danse) publieront ses compositions :

Dès 1700 il collabore avec FEUILLET qui note ses ballets et divertissements et les fait publier

La  première publication  « L’art de décrire la danse par caractères figures et signes démonstratifs » contient 120 nouvelles chorégraphiées qui rencontre un succès considérable pendant un siècle et demi. A l’appui de cet ouvrage théorique, il publie chaque année jusqu’en 1709 un « recueil de danses »  en vogue composées par Pécour car en novembre de chaque année, ce dernier fait connaître à sa clientèle, les nouvelles danses destinées aux bals d’hiver.

En 1705 il publie pour la première fois, une danse de « cotillon », à 4 danseurs, composée de refrains identiques entre chaque couplet (variable). D’autres danses apparaîtront sur ce schéma (parfois à 4 couples en carré) et petit à petit on associera le terme de « contredanse française » à celui de « cotillon »

En 1711 Michel GAUDRAU autre danseur à l’Académie de musique publie un recueil de ses entrées.

Puis de 1715 à 1728  ces publications ont été poursuivies par Jacques DEZAIS, autre maître à danser.

Ces publication  constitueront un répertoire de savoir chorégraphique de l’époque et seront traduites en anglais et en allemand, ce quçi favorisera la diffusion rapide des danses française à travers l’Europe.

Pécour meurt le 12 avril 1729 pendant une représentation de « Tancrède », il avait 75 ans.