LAFONTAINE (1655-1738) Danseuse française XVIIe

Première danseuse professionnelle de style « noble »
(avant c’était les dames de la cour qui tenaient les rôles titre)

Née en 1655 à Paris
Décédée en 1738 à Paris à 83 ans

Danseuse non noble formée à l’école de danse de l’Opéra

En 1681 elle entre à l’Académie royale de musique créée par Louis XIV.

Elle fait ses débuts dans « Le triomphe de l’Amour », ballet en 5 actes et 20 entrées de J Baptiste LULLY et c’était la première fois qu’une danseuse professionnelle, formée à l’école de danse de l’Opéra, se produisait sur la scène de l’Opéra.

Ce ballet avait d’abord été donné à St-Germain-en-Laye devant le roi avec les jeunes gens de la cour tels que : Monseigneur et Mme la Dauphine, la princesse de Conti, Louis de France, Marie de Bavière, Marie-Anne de Bourbon et  Louis de Bourbon (enfants de de Mme de Lavallière) Le comte de Vermandois, Melle de Nantes, Melle Marie-Louise d’Orléans.)

Jusqu’en 1693 elle tient les rôles titre de plusieurs ballet de LULLY dont « Phaéton », « Percée », « Le temple de la paix », « Acis et Galaté » (1686) et 18 autres ballets dont « Amadis  des Gaules» (1684) dans lequel le danseur DERAIN apparut avec des manches de veste d’une forme nouvelle très large si bien que leur nom subsistera « manche Amadis».

Les librettistes étaient de Philippe QUINAULT pour le texte et d’Isaac de Bensérade pour la danse.

 

Le ballet fut repris à l’Académie de musique de Paris le 10/5/1681 avec, pour la première fois, des danseuses dont Melle Lafontaine, alors âgée de 16 ans, puis en janvier 1682 et
en novembre 1696, mais avec un nombre d’entrées réduits à  quatre. Les lourds costumes enrubannés et les perruques limitaient les mouvements des danseurs. A Paris ce fut une innovation quand LULLY remplaça les dames nobles par Melle Lafontaine dans les ballets produits dans les théâtres ; déjà des danseuses servaient de partenaire à certains maîtres à danser comme Pierre BEAUCHAMPS.

Le style « noble » de Melle Lafontaine fait merveille et comme soliste elle obtient le privilège de composer elle-même ses entrées.

En 1693 elle quitte l’Opéra pour rentrer au couvent  à Notre-Dame de l’Assomption à Paris où elle décède à l’âge de 83 ans.