GUIMARD Marie-Madeleine (1743-1816) – Danseuse française fin XVIII

Danseuse « demi-caractère » fin XVIIIe/début XVIIIe

Née  à Paris – baptisée le 27 décembre 1743
Décédée le 4 mai 1816 à Paris

Son père : fille naturelle de Fabien Guimard, il ne la reconnut que 12 ans plus tard et la légitimé en 1765 à 22 ans.

De silhouette assez mince, elle danse avec de l’expression et du sentiment dans ses mouvements.

Elle suivait les conseils de NOVERRE tout en se disputant souvent avec lui.

En 1758 elle a 15 ans quand elle débute dans le corps de ballet de la Comédie-française dont les ballets eurent de grands succès.

Elle entre à l’Opéra de Paris pour 25 ans
En 1761 elle entre à l’Académie royale de musique à Paris

Elle débute à l’Opéra dans le rôle de « Terpsichore » dans « Les fêtes grecques et romaines ». Elle danse de manière expressive et se fait remarquer par son talent et sa coquetterie.

4 ans plus tard, elle sera nommée première danseuse de « demi-caractère ».

Comme l’écrit J Georges NOVERRE « elle délaisse les difficultés en mettant de l’esprit et du sentiment dans ses mouvements ». Elle triomphe dans les ballets de Noverre « Jason et Médée (1770), « Les caprices de Galatée » (1776) et de Maximilien GARDEL « La chercheuse de l’esprit » (1778) « Mitza  et Lindor » (1779).

Elle danse à la cour à Versailles et à Fontainebleau et le roi Louis XV lui accorde une pension de 1000£.

Ses partenaires étaient : Gaétan VESTRIS et Auguste  VESTRIS, LAVAL, MaximilienGARDEL, Jean DAUBERVAL.

Elle suivit Noverre à Londres et parut au King’s Theatre où elle s’acquit un nouveau public d’admirateurs.

Pendant 25 ans elle fut une danseuse adulée, ayant une forte personnalité entre autre en s’opposant au nouveau directeur de l’Opéra de Paris De VISME et également s’opposa à Noverre qui fut contraint de démissionner en 1781.

Elle fut aussi une femme généreuse pour les pauvres et les malades de sa paroisse Saint-Roch ; elle prenait aussi en charge l’inhumation des plus démunis.

Retraitée de la danse elle mène une vie d’épouse rangée

En 1789 elle quitta l’Opéra et le 14 août elle épousa le danseur chorégraphe Jean-Etienne DESPREAUX avec qui elle partage son amour pour la danse et pour le plaisir de la vie. La Révolution ayant supprimée les pensions de l’Ancien-régime, le couple fut contraint de vivre à l’économie dans une petite maison de Montmartre puis pu revenir à Paris en 1797 pour finir leurs jours oubliés de tous.

Marie Guimard mourut le 4 mai 1816 et Despréaux en 1820. On ne sait pas où ils sont enterrés.

Parallèlement à sa carrière de danseuse elle mène une vie scandaleuse grâce à ses riches « protecteurs »

Pendant 25 ans elle domina la scène parisienne. Elle était devenue une véritable personnalité étant donné les soutiens et relations libertines qu’elle avait  avec des Messieurs influents et riches. Elle bénéficie de la générosité de Jean-Benjamin de La Borde, receveur général des finances, mécène et compositeur de musique ainsi que de Charles de Rohan prince de Soubise.

Elle s’installa dans un hôtel particulier au Fg St Germain à Paris. Puis elle achète une maison à Pantin qu’elle rénove et lui ajoute un théâtre de 200 places où le tout-Paris aristocratique s’honore d’y être admis. On y  joue des pièces mais aussi des spectacles libertins. Elle organisait 3 sortes de soupers par semaine :

  • l’un pour les seigneurs de la cour,
  • l’autre pour les artistes, auteurs, savants,
  • le troisième voué aux plaisirs avec la présence de filles séduisantes

En 1769 La Borde étant ruiné et Soubise ne voulant plus lui verser une rente, elle est dans une situation difficile. Mais un  prince allemand lui offre une grosse somme  comme rente , veut l’épouser et devant son refus l’enlève. Soubise récupère la belle et redevient son « amant utile » et La Borde sont « amant de cœur ».

Sa situation financière étant assurée elle se fit construire une belle demeure dans le nouveau quartier de la Chaussée –d’Antin. Elle s’adresse à Nicolas Ledoux pour les plans des bâtiments et à Fragonard pour les décors intérieurs. Quelques panneaux étaient terminés dont celui représentant la Guimard en Terpsichore ; mais une dispute éclata entre elle et le peintre et elle le remplaça par Jacques-Louis David. Mais Fragonard s’introduisit dans sa maison et pour se venger mis quelques coups de pinceau qui transformèrent son sourire en une grimace rageuse. Quand la Belle découvrit son nouveau visage avec ses amis, elle se mis dans un telle rage qu’elle ressemblait au portrait retouché.

Tout respire le luxe, ses ameublements, ses équipages, dans le « Temple de Terpsichore » comme on appelait sa maison ; elle a même rajouté un théâtre de 500 places.
Elle fait la mode car elle porte des toilettes élégantes que les femmes copient et s’inspirent des tenues de scène « à la Guimard ».

Mais avec son train de vie trop dispendieux, en 1785 elle est obligée de se séparer de son hôtel. Elle le vend de façon originale en organisant une loterie avec 2500 billets de 120£ chacun. Passant par deux propriétaires successivement il est finalement détruit lors des grands travaux  du Second empire entrepris par Haussman.

Sources :

Wikipédia
Leschaussonsverts.eklablog.com