SALLÉ Marie (1709-1756) – Danseuse française

Danseuse du début du XVIII

Née  le 17 avril 1709 à La Rochelle

Décédé le 27 juillet 1756 à Paris âgée de 47 ans

Ses parents : Etienne Sallé, danseur et Marie-Alberte Moylin

En 1718 elle débute dans la troupe familiale d’acteurs ambulants.

Toute en nuance et réfléchie, elle a une danse gracieuse et expressive parfaite pour la pantomime. Sa technique est exempte de virtuosité, ni saut, ni pirouette, ni entrechat (contrairement à Anne de CAMARGO qui elle, en fait beaucoup).

En 1721 elle remplace à l’improviste Françoise PREVOST dont elle était l’élève dans un ballet à l’Opéra de Paris. Mais la troupe étant complète, elle retourne dans la troupe familiale.

En 1725 elle part pour Londres où elle danse avec son frère François pendant 2 ans au Lincoln’s Inn Field.

Elle est engagée à l’Opéra de Paris

Le 14 décembre 1727 elle fait ses débuts officiels à l’Opéra de Paris. Mais Françoise Prévost la cantonne dans des petits rôles.

Sa carrière est ponctuée de nombreuses ruptures avec ses directeurs et plusieurs voyages à Londres.

Elle ose appliquer les idées de Noverre en scène

En 1729 dans « Les caractères de la danse », elle danse avec Antoine LAVAL sans masque, en costume de ville , ce qui est précurseur des idées de NOVERRE . Ce changement dans la pratique de la danse ne plait pas à Paris.

Elle part à Londres et dans « Pygmalion » elle abandonne ses paniers, dénoue ses cheveux, son corps moulé dans des voiles.

Une des première chorégraphes

En 1735 rentrée à l’Opéra de Paris, elle fut une des premières chorégraphes créant des ballets-pantomime pour l’Opéra « Pygmalion et Bacchus » (1734), les entrées des « Indes galantes » (1735 ), « l’Europe galante » (1736), « Les fêtes d’Hébé » (1739)

Amie de David GARRICK et de HAENDEL, elle a convaincu les deux  musiciens de lui écrire des musiques pour ses distractions de ballet d’action. Elle combine la pantomime à la danse expressive.

En 1740 elle prend sa retraite mais reparaît ponctuellement sur scène.

En 1745 elle figure aux fêtes de la cour à Versailles à l’occasion du mariage du Dauphin Louis avec Marie-Thérèse et à d’autres représentations en 1746 et 1747. Elle participe aux spectacles de Fontainebleau de 1752 et 1753.

 

Marie Sallé fut surnommée « la vestale » car n’avait ni mari, ni amant, menant une vie indépendante.

Elle meurt le 27 juillet 1756 dans son appartement de la rue St Honoré à Paris.