GANNE Louis (1862-1923) – Musicien français

Chef d’orchestre et compositeur d’opérettes, de ballets, d’opéras-comiques et de marches militaires

Né le 5 avril 1862 à Buxières-les-Mines (Allier)
Décédé le 13 juillet 1923 à Paris âgé de 61 ans

Sa famille vient s’installer en région parisienne à Issy-les-Moulineaux où Louis passe sa jeunesse. Il perd son père très jeune et sa mère l’inscrit au Collège St Nicolas d’Issy (de 1869 à 1877) où il reçoit son premier enseignement musical. A 17 ans il compose une messe dédiée aux religieux de son établissement scolaire.

Il intègre le Conservatoire de musique de Paris où il étudie l’harmonie et la composition. En 1881 il obtient le premier prix d’harmonie et sera l’élève de Massenet. En 1882 il obtient le prix d’orgue après avoir suivi la classe de César Franck.

Compositeur

Ensuite Louis Ganné mènera une carrière de compositeur. Il composera de nombreux opéras-comiques, des musiques de ballets et des marches militaires et des chansons populaires.

Ganné acquiert une renommée au Théâtre par ses opérettes « Les Saltimbanques » en 1899 sur un livret de Maurice Ordonneau au Théâtre de la Gaieté puis « Hans, le joueur de flûte » en 1906.

Ses marches militaires sont jouées dans les kiosques à musique des squares

Entre la guerre de 1870 et celle de 1914 les régiments ont une musique militaire qui se produisait dans les kiosques à musique des nombreux parcs, le dimanche après-midi. Plusieurs de ses compositions sont jouées avec succès qui firent sa gloire et contribuèrent ainsi à sa popularité.

Il composera de nombreuses marches militaires dont « La marche lorraine » et « Le père la victoire » créée alors que Sadi Carnot se préparait à présider la IIIe République. Cette marche fut relancée 30 ans plus tard en songeant à Clémenceau.

Il fut amené à diriger les activités de plusieurs théâtres  parisiens renommés tels que « Les Folies Bergères », le  « Casino de Paris », « l ‘Olympia », le « Châtelet »,. Il signa aussi de nombreux ballets pour le théâtre : « Phryné », « Princesse de Babba ». Il dirigea aussi les concerts des « Bals de l’Opéra de Paris ».

De 1901 à 1903 il est nommé Président de la société des compositeurs future SACEM.

En 1905 il fonde l’orchestre de Monté-Carlo et s’installe ainsi à Monaco. Il continue néanmoins ses activités à Paris.

En 1914 il est nommé chevalier de la Légion d’honneur.

Quelques uns de ses succès :
« Valse des brunes », « La houssarde « (valse), « La czarine » (mazurka russe), « La mousmée » (mazurka japonaise), « Polka réaliste ».

Vie privée

Il aura une vie personnelle ponctuée de deux divorces tumultueux.

Il décède à son domicile rue brochant à Paris 17e  le 13 juillet 1923 à 61 ans. Il fut inhumé au cimetière parisien de St-Ouen.

Une rue dans le 20e arrondissement de Paris porte son nom.

A l’occasion du 150e anniversaire de sa naissance Jean-Louis Couturier propose la réédition de son oeuvre instrumentale en 2012 par Sempé Piu Edition.

Source :

 – wikipedia
 – blogjmpelletier52.over-blog.com/artiste/loisirs-ganne