CAMARGO Marie Anne Cupis de dite »La Camargo » (1710-1771) – Danseuse française

Danseuse du XVIII dans le style « demi-caractère »
elle fut la grande rivale de Marie GALLÉ

Née  le 15 avril 1710 à Bruxelles – Belgique
Décédée le 28 avril 1770 à Paris

Parents : Ferdinand-Joseph de Cupis Camargo musicien et maître à danser et Anne de Smet.

Ses frères : J Baptiste né à Bruxelles, violoniste et compositeur
et François né à Paris, Cubis de Renoussard, violoncelliste et compositeur.

Elle débute en 1720 au Théâtre de la Monnaie à Bruxelles. Remarquée par la princesse de Ligne, elle est envoyée à  l:’Opéra de Paris

Elle fut l’élève de  Michel BLONDY à l’Opéra de Paris et de Françoise PREVOST.

Le 5 mai 1726 elle débute à l’Opéra dans « Les caractères de la danse ». Elle dansait à l’italienne les pantomimes.

En 1726 elle avait déclenché un scandale car en raccourcissant sa robe elle montrait ses chevilles, de plus, elle avait enlevé les talons de ses chaussures pour être plus à l’aise pour danser. En effet, à cette époque, les danseuses portaient, pour danser, les mêmes vêtements  que les dames de la cour, ce qui limitait leurs mouvements.

Elle fut la partenaire d’Antoine LAVAL.

Elle avait aussi un style vigoureux, acrobatique, avec entrechats, cabrioles, sauts complexes et tours rapides qui surprenaient. Elle fut la première ballerine virtuose. Elle inventa le caleçon de précaution en raison de ses sauts élevés.

Elle fut la grande rivale de Marie SALLÉ,qui elle, développa une danse gracieuse, expressive dans la technique est exempte de virtuosité comme les sauts et les pirouettes.

En 1734 après avoir créé de nombreux rôles, elle quitte la scène sur les instances de son amant le comte de Clermont qui lui interdit de se produire sur scène. Elle s’arrange pour jeter dans ses bras Melle Leduc danseuse.

En 1741 elle rejoint l’Opéra et obtient des rôles importants dans des œuvres de RAMEAU : « Les Indes galantes », « Les fêtes de Polymnie », « Le temple de la gloire », « Les fêtes d’Hébé », « Naïs, « Zoroaste ».

En 1751 elle arrête définitivement la danse gratifiée d’une pension royale de 1500 £.

Elle décède le 28 avril 1770, âgée de 60 ans, à son domicile rue St Honoré.