Les quadrilles du XIXe sont issus des contredanses du XVIIIe

A l’origine les contredanses anglaises
C’est vers 1684 que les contredanses ont été introduites en France  importées d’Angleterre par le danseur André LORIN qui est allé les apprendre. Elles se dansaient  généralement en formation de plusieurs couples placés sur deux lignes en vis-à-vis. On se déplaçait par petits pas marchés et légers sur un rythme vif, parfois plus lent. Les couples se déplaçaient ensemble ou à tour de rôle avec une progression des places.

Adaptation pour concevoir des contredanses à la française
Ces contredanses anglaises furent adaptées et modifiées en France car on y dansait la danse baroque qui était. caractérisée par des mouvements de bras et des pas sophistiqués. Un ou deux couples se déplaçaient sur des parcours déterminés qui formaient des figures.

Les maîtres de danse français ont donc introduit les pas baroques lors des déplacements.

Ils reprirent aussi les formations en cercles que l’on retrouve souvent dans nos danses populaires chantées.
Ex le « Carillon de Dunkerque », « La boulangère »
Les danses avaient un nombre pair de couples, ce qui permettait de faire des figures à deux couples en carré que l’on a appelé un temps « cotillon » vers 1740 puis quadrette.
La contredanse se composait d’une danse simple appelée « entrée » puis de sa figure propre exécutée par un couple meneur. Cette alternance durait jusqu’à ce que chaque couple ait dansé. ex : La Belle Eurydice
Ces contredanses furent dansées  pendant le Directoire et sous le Premier Empire. Ex de danse en quadrille : « La Monaco »,  « La psyché »,  « La Turck »

Ces 3 contredanses sont à l’origine du quadrille français :
« la Christian »              donna   « le Pantalon »
« La Hortense »             donna   « l’Été »
« La Victoire »               donna   « la Poule »

Fut rajoutée en l’honneur du célèbre danseur mondain du Directoire Mr Trénitz « la Trénis » jusqu’en 1811

« La Sirie »  en l’honneur de la naissance du roi de Rome

« La Pastourelle » et « Le galop ou Saint-Simonienne » furent rajoutés sous le Second  Empire

Puis les pas baroques furent peu à peu abandonnés car il fallait une certaine dextérité pour les réussir et prendre des cours de danse et de maintien ce qui limitait à une classe sociale aisée. La formation en 4 couples fut appelée quadrille en France, tandis qu’en Angleterre on utilisait toujours le mot de « cotillon » ou « square dance ».

 Au début du XIXe siècle les pas baroques sont gardés puis peu à peu, on passe au pas marchés afin que les quadrilles puissent être dansés par un grand nombre de personnes et dans les bals populaires.
L’ordre des couples est déterminé de 1 à  4.  Par convention le couple 1 est celui placé le plus près de la musique. Il sera le couple « meneur » qui commencera la figure ; celle-ci sera  répétée par les autres couples dans l’ordre, devenant meneur à leur tout.
On peut danser avec sa/son partenaire placé/e à côté ou avec son vis-à-vis (la personne en face).

Les déplacements ou figures à connaître
 Certains déplacements reviennent dans les figures de quadrilles. Il est utile que les danseurs les connaissent au préalable :
. l’avant 2 (2 personnes en vis-à-vis), l’avant 4 (les 2 couples vis-à-vis)
. le
moulinet
. le dos à dos
.  la queue du chat
ou promenade
. la chaîne anglaise ou grande chaîne
. la chaîne des dames,

Chaque quadrille est  en principe composé de 5 figures. Leur description se trouve dans les traités publiés par divers maîtres de danse du XIXe siècle. Il y a souvent des variantes apportées soit par le chorégraphe lui-même soit par d’autres professeurs qui ont créé leur propre version.

(d’où la nécessité de se mettre d’accord sur la version pratiquée lorsqu’on danse en bal).

Vers la fin du XIXe siècle, les quadrilles sont moins dansés au profit des danses en couple fermé.

 

Mots-clefs : ,