Evolution historique de la danse : du Moyen Age à la Renaissance

La danse est un divertissement populaire et collectif qui permet aux gens de se rassembler lors des fêtes de village ou de famille. Le rythme est donné par le chant des danseurs, les battements de mains des spectateurs et éventuellement quelques musiciens.

Dans les villages, la fête de mai, fête du renouveau, commençait par la plantation d’un arbre décoré de rubans sur la place du village puis on exécutait des danses  qui rappelaient les métiers des corporations : danse des forgerons, des lavandières, des pêcheurs, du cheval, des épées. Ces danses étaient simples, répétitives, qu’on apprenait en imitant ceux qui savaient.

A la cour du seigneur on danse aussi et les troubadours, allant de château en château vont propager les danses pratiquées. Ils s’accompagnent d’instruments comme la flûte, la harpe, le tambourin, le galoubet.

Les danses paysannes, copiées par la noblesse, sont exécutées de façon plus raffinées avec la recherche de la beauté du geste et des déplacements. En effet, les classes aisées inventent une structure de danse variables qui s’accorde à une musique changeante : « la danse mesurée« .  C’est-à-dire qu’on danse avec la musique et la poèsie, ce qui demande une éducation de l’oreille et la connaissance de certaines règles de déplacements et de pas.

Petit à petit vont se mettre en place au Moyen-Age mais surtout à la Renaissance :
– les danses sociales : on partage avec d’autres des danses apprises connues de tous
– les danses de spectacle  (qui plus tard donneront les « ballets »), proposés par des troupes de danseurs professionnels qui se déplacent (outre la danse, ces baladins faisaient aussi du mime, des jongleries).

Cependant les danses médiévales sont mal connues car il n’y a pas d’écrit. Elles se transmettent par la musique. La danse sociale est souvent liée à une chanson qui elle-même est un poème comme le rondeau, la balade.

Beaucoup de danses viennent d’Italie ou du sud de la France. Les pas et les déplacements sont plus variés et plus construits. Deux couples qui dansent ensemble peuvent avoir des déplacements différents.

La chorea terme latin utilisé jusqu’au XIVe siècle qui donna la CAROLE. C’est une ronde pratiquée en se donnant la main ou le coude et ce, jusqu’au XVIIIe s. Le meneur (souvent une femme) lance un refrain et l’ensemble reprend.
La farandole , danse populaire provençale qui se danse en file. Les danseurs dessinent des figures variées : serpentin, spirale ; ils suivent le chef de file. Les farandoles étaient pratiquées à l’Antiquité grecque et crétoise.
L’estampie (XIIIe s) danse où l’on frappaient du pied. Viendrait soit de « stamper » en germanique (frapper du pied) ou « stampir » en provençal (battre du pied.
Tarentelle : originaire d’Italie du Sud, cette danse entraînante et joyeuse était pratiquée au cours de cérémonie afin de guérir ceux que l’on croyait victime de la morsure d’une araignée : la tarentule.