Saute-ruisseau

pince saute-ruisseau3

Appelé aussi « relève-jupe« 

Cet accessoire apparaît vers 1870 lorsque les jupes sont très étroites. C’est une pince que les femmes de la Belle Epoque accrochaient à la ceinture de leur jupe (au moyen d’une cordelette en passementerie, d’un ruban ou d’une cordelette métallique) qui leur permettait de relever la jupe lors du franchissement d’un trottoir  ou d’enjamber un obstacle ou d’éviter que la jupe ne traîne dans la boue ou une flaque d’eau.

Cette pince est munie de deux pattes rondes dont l’intérieur est garni de patin de cuir ou de feutre qui permettait de maintenir le tissu sans l’abîmer. Les pattes s’écartent par pression manuelle (système de pince d’escargot) ou en coulissant l’une sur l’autre.

Le lien est généralement fixé à un petit crochet posé à cheval. On en trouve encore en brocante dont le prix varie selon le métal et la décoration.

De façon plus simple une broche ou une épingle à nourrice permettait de relever un côté de la jupe au niveau de la ceinture.

Usage du saute-ruisseau

 

« Retour au dictionnaire