Crinoline

Pièce typique du Second Empire

Sorte de jupon-cage utilisé par les femmes entre 1845 et 1869 pour donner de l’ampleur à leur large robe.

Dans les années 1830 c’est d’abord un jupon de crin (mélangé à du lin) d’où son nom, que les femmes utilisaient avec d’autres jupons superposés pour donner du volume  sous leur jupe garnie de plis .
Il fut remplacé  en 1856 par une « cage » composée de cerceaux d’acier (ou de baleines) disposés les uns  sous les autres de grosseurs progressives jusqu’en bas. Verticalement les cercles sont maintenus par des bandes verticales de bolduc et des rivets.  Il est indispensable de mettre  un jupon  par dessus afin de ne pas voir la trace des cerceaux sous le tissu de la jupe.
Conseil aux couturiers/ères
1 – Pour respecter une certaine esthétique de proportion, il est conseillé d’adapter la circonférence de a crinoline à la hauteur de la femme qui la porte, sous peine de « tasser » la silhouette d’une petite femme.

Ex. à partir d’un jupon plus moderne :


2- De même attention à la hauteur de la robe par rapport au parquet : pas plus de 5 cm au-dessus (on ne doit pas voir les pieds) donc à essayer avec les chaussures portées au bal s’il y a un talon.

Sa forme évolua  : ronde puis plus large derrière

 

D’abord ronde jusqu’en 1861, la crinoline évolue vers une forme projetée à l’arrière et plate devant.

Une légère traîne caresse le parquet des salles de bal.

 

 

 

 

 

 

A partir de 1870 la mode évolue vers une  une demi-crinoline sur l’arrière seulement, qui prend le nom de « tournure« .

« Retour au dictionnaire